Article paru dans Actualité Juive du 22 octobre 2015

Le Keren Hayessod, en partenariat avec le Consistoire Régional Rhône-Alpes, le CRIF Rhône-Alpes et le B’nai Brith Lyon a organisé mercredi 14 octobre à l’espace Hillel, une conférence de Philippe Karsenty à l’occasion de la sortie du livre « L’enfant, la mort et la vérité  » autour de l’affaire al-Dura, écrit par Esther Schapira et Georg Hafner, journalistes de la chaîne allemande ARD.

Le 30 septembre 2000, au début de la seconde Intifada, au carrefour de Netzarim à Gaza, un enfant palestinien de 12 ans – Mohamed al-Dura – meurt dans les bras de son père lors d’échanges de tirs entre les Forces de sécurité palestiniennes et israéliennes.

A l’époque, France 2 diffuse ces images, qui depuis ont fait le tour du monde, commentées par Charles Enderlin chef du bureau de France 2 à Jérusalem. Pour ce dernier, aucun doute possible : l’enfant est tombé sous les tirs israéliens. Pourtant, lui-même n’était pas sur le lieu de l’attaque, ces images ont été tournées par son cameraman, Talal Abou Rahma. Il n’aura de cesse depuis le 30 septembre 2000, d’affirmer sa confiance totale en son collaborateur.

Toutefois, des doutes et des interrogations ont surgi au fil du temps. Philippe Karsenty, consultant financier, adjoint au Maire de Neuilly-sur-Seine, fera de cette affaire emblématique, son combat contre la désinformation.

Il parcourt le monde pour tenter d’éclairer d’un jour nouveau ce malheureux événement qui a, hélas, largement contribué à ternir l’image d’Israël dans le monde.

Accueilli par plus de 120 participants à l’espace Hillel, après une série de rencontres en Israël, il a présenté l’ouvrage consacré à l’affaire al Dura. Une véritable et minutieuse enquête a conduit les deux journalistes au même constat que Philippe Karsenty. Les nombreuses invraisemblances et incohérences laissent planer le plus grand doute sur la conclusion hâtive de Charles Enderlin quant au sort de l’enfant.

Malgré les nombreux procès intentés contre lui et les attaques incessantes, Philippe Karsenty ne poursuit qu’un seul et unique but : obtenir la reconnaissance de la mise en scène et faire triompher la Vérité. Dans cet objectif, il a acheté les droits du livre et créé sa propre maison d’édition pour diffuser l’enquête des journalistes allemands.

Ce mensonge médiatique historique met en lumière le thème de la désinformation en France qui sévit plus que jamais encore de nos jours. En effet, cette histoire est non sans rappeler celle récente du jeune terroriste palestinien de 13 ans, Ahmed Manasrah. Auteur d’une attaque au couteau contre deux Israéliens, le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas a affirmé qu’il avait été abattu de sang-froid par Israël alors qu’il est en réalité soigné à l’hôpital Hadassah à Jérusalem.

La mission que s’est assigné Philippe Karsenty n’en a que plus de force et d’intérêt.

Patricia Drai

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*