Près de 450 personnes étaient présentes au grand dîner de Gala donné par le Keren Hayessod, lundi 27 juin à l’hôtel Intercontinental à Paris. Cet événement exceptionnel a rassemblé les 200 membres du Conseil d’Administration mondial de l’Agence juive, des personnalités communautaires françaises ainsi que des grands militants du Keren Hayessod.

C’est à l’occasion de la tenue exceptionnelle à Paris  du Conseil d’administration mondial de l’Agence juive (« Board of Governors »)  que le Keren Hayessod, un des principaux soutiens de l’Agence juive, a organisé ce grand dîner, donnant ainsi corps au « sentiment d’appartenir à un même peuple juif ».

Moodi Sandberg, Président mondial du Keren Hayessod, David Koschitzky, président du Conseil d’administration mondial du Keren Hayessod et Greg Masel, son directeur général, ainsi que le Dr. Richard Prasquier, président du Keren Hayessod France, étaient particulièrement fiers de pouvoir réunir les plus grands leaders communautaires venus des Etats-Unis, du Canada, d’Australie, du Chili et d’une trentaine d’autres pays, afin de montrer à la communauté juive française leur solidarité à un moment critique de son histoire.
« Etre lié au Keren Hayessod, c’est bénéficier d’un titre de copropriété sur cette famille du peuple juif, dont Israël est le centre et Jérusalem le foyer » a affirmé Richard Prasquier dans son discours, résumant ainsi la raison d’être du Keren Hayessod.  Retrouvez l’intégralité du discours de Richard Prasquier.

Natan Sharansky a quant à lui souligné l’importance du travail du Keren Hayessod en France,  qui offre la possibilité à chacun de perpétuer son lien à Israël.

Enfin, Yoav Galant, ministre israélien du logement est revenu sur le rôle majeur qu’Israël pouvait jouer dans la lutte internationale contre le terrorisme.

Représentant la France, c’est  Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement qui a rappelé, à l’instar de Manuel Valls que, « sans les Juifs de France, la France ne serait pas la France. Il a souligné qu’Être français, ce n’est pas oublier son identité ni sa religion mais c’est au contraire tout mettre dans le pot commun ».

Etaient également présents parmi les personnalités, Sofa Landver, ministre de l’Alyah et de l’Intégration, Avi Pazner, ancien ambassadeur d’Israël en France ou encore David et Eric de Rothschild.

Le Prix Yakir

Autre temps fort de ce dîner : le Prix Yakir qui a été remis à Pierre Haas, militant hors pair du Keren Hayessod, en signe de reconnaissance de son engagement et de sa contribution à la promotion des objectifs du Keren Hayessod en France. Le plus grand souhait de Pierre Haas est aujourd’hui de transmettre et d’influencer une nouvelle génération de jeunes leaders communautaires. Il les a incités à rejoindre la cause du Keren Hayessod : « Soutenir le Keren Hayessod, c’est soutenir le peuple juif dans sa globalité et aucune autre institution ne peut se prévaloir de faire la même chose »  a-t-il affirmé.

Le Board of Governors, en partenariat avec le gouvernement israélien, fixe les objectifs, les champs d’action et les budgets de fonctionnement de l’Agence Juive à travers le monde. Il est composé de représentants du Keren Hayessod, des Fédérations Juives Nord-Américaines et de l’Organisation Sioniste Mondiale. Pour la 1ère fois de son histoire, il s’est tenu à Paris.

Le Keren Hayessod est l’un des principaux partenaires de l’Agence juive pour Israël,  dont il finance les champs d’action suivants : l’intégration et le sauvetage des communautés juives dans le monde, la réduction de la fracture sociale en Israël, l’éducation juive et sioniste (Massa, Bac Bleu Blanc) ainsi que les situations d’urgence (victimes du terrorisme, communautés juives en danger).

Les moments forts en vidéo

https://www.youtube.com/watch?v=ajq1pMP6SdY&

 

 

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*