Un suivi personnalisé pour chaque jeune défavorisé

En Israël, un jeune sur quatre est à même de décrocher du cursus scolaire et d’abandonner les cadres normatifs, particulièrement les enfants des nouveaux immigrants venus de l’ex-Union soviétique et d’Ethiopie. Une fois sortis de la route, beaucoup d’entre eux se tournent vers la délinquance, l’alcool ou la drogue. « Avenir des jeunes » est un programme d’encadrement éducatif pour les 6-18 ans, mené dans les écoles primaires, collèges et lycées essentiellement dans les villes pauvres d’Israël. Il permet d’améliorer les résultats scolaires de ces jeunes, de les extraire de comportements d’échec et de conduites à risques. avenirdesjeunes3

Un accompagnement par des tuteurs formés

Dans ce programme, des tuteurs formés dont beaucoup sont titulaires de diplômes en éducation et en sciences sociales, s’assurent que les enfants et leurs familles ont connaissance des ressources mises à leur disposition par les pouvoirs publics et le tissu associatif. Impliqués, ils s’occupent d’un enfant, travaillent avec sa famille, au minimum pendant trois ans. Ces tuteurs représentent un référent, un « grand frère » auquel les jeunes peuvent s’identifier.

Un programme taillé sur mesure

Les tuteurs commencent par évaluer la situation spécifique de chaque enfant à la maison, à l’école et dans la communauté. Puis, ils développent un plan d’action adapté pour mettre les enfants en contact avec les services dont ils ont besoin, à travailler avec les parents pour améliorer la situation dans le foyer familial, à coordonner les activités éducatives et extra-scolaires avec les écoles et à planifier des actions pour et avec l’enfant. Celui-ci peut alors renforcer sa confiance en lui-même, progresser et se fixer des objectifs, pour un avenir meilleur.

Faire un don

En résumé :

  • Pothim Atid : un programme éducatif exceptionnel déployé dans tout Israël.
  • Il suit et prend en charge 10 000 enfants défavorisés de 6 à 18 ans.
  • Chaque enfant bénéficie d’un suivi personnalisé pour l’aider à devenir plus tard un membre à part entière de la société israélienne et briser ainsi le cycle de la pauvreté.
  • Un suivi qui se fait en relation avec la famille et les structures locales.
  • 21% de la population israélienne vit en dessous du seuil de pauvreté.
  • Un enfant sur cinq vit en dessous du seuil de pauvreté.
  • Un jeune sur quatre est en risque de décrochage scolaire et de marginalisation.
  • Les enfants des familles de nouveaux immigrants venus de l’ex-Union soviétique et d’Ethiopie sont particulièrement touchés par la délinquance, l’alcool et/ou la drogue.

Un don de 740€ permet de venir en aide à un enfant pendant 1 an

https://www.youtube.com/watch?v=S2pbg1jHF4M