Cette campagne s’est achevée à l’ombre d’un gravissime événement terroriste. Il est le résultat d’une propagande islamiste dont la haine, de type génocidaire, a été systématiquement minimisée pendant des années, droite et gauche confondues, et il s’inscrit dans un contexte d’échecs économico-sociaux, gauche et droite également confondues, dont on ne voit pas la fin.

Aujourd’hui, des responsables de bords différents parlent au micro de « récupérer les territoires perdus de la République ». Les mêmes, peut-être, avaient fustigé le livre du même nom qui montrait de notre pays ce que l’on ne voulait pas y voir et qui, dix ans plus tard, s’est beaucoup aggravé.

C’est pourquoi quand des hommes politiques prononcent des discours martiaux alors que leurs actions présentes ou passées apparaissent décevantes, le scepticisme quant à leurs promesses alimente un ressentiment qui pousse aujourd’hui l’électeur « à essayer autre chose ».

Mais il faut résister à ces pulsions.

Si la politique du FN devait être appliquée, la « préférence nationale » et la sortie solitaire hors de l’euro conduiraient à une dévaluation de la monnaie, une fuite des hommes et des capitaux, un contrôle des changes et une paupérisation générale. Tous ces échecs conduiraient à rechercher des boucs émissaires et les Juifs, qui doivent avoir de la mémoire, savent ce que cela veut dire. Quant à celui qui serait titillé par une rhétorique pour l’instant plus anti-musulmane qu’anti-juive, il devrait se rappeler les paroles célèbres du pasteur Niemoller sur l’indifférence. Voter pour le FN c’est être irrationnel, amnésique et naïf. Et c’est aussi oublier que la grandeur morale du judaïsme a toujours été, au milieu des pires avanies et aujourd’hui en Israël même au milieu des pires dangers, dans l’universalité de son souci de l’autre. Si je ne suis que pour moi, qui suis-je?

Oui, nous avons des poussées d’inquiétude et nous avons des motifs de mécontentement. Non, nous ne comprenons pas pourquoi la menace islamiste qui pèse sur l’avenir des Français et pas seulement l’avenir des Juifs, ou celui d’Israël, a été prise en considération de façon aussi frileuse et tardive. Mais ne nous trompons pas : les Juifs sont indissolublement liés à la démocratie et la démocratie, c’est la protection des minorités et non pas l’exaltation des majorités. Je pense que les Juifs ne doivent pas voter pour le Front National.

Richard Prasquier

Président d’honneur du CRIF

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*