Jeudi 19 février 2015, une délégation internationale du Keren Hayessod, composée de Canadiens, Sud-africains, Italiens, Israéliens… est venue à Paris, témoigner de sa solidarité à la communauté juive de France et voir comment elle pouvait la soutenir.
En compagnie des représentants français du Keren Hayessod, elle a rencontré Yossi Gal, l’Ambassadeur d’Israël en France qui a souligné l’importance de la solidarité de l’ensemble de la communauté juive mondiale. Il a expliqué aux membres de la délégation que sa vision de l’avenir en France était assez pessimiste. Pour lui, trois facteurs rendent la situation en France plus explosive que partout ailleurs en Europe : la France détient la plus grande communauté juive d’Europe, la plus grande communauté musulmane d’Europe, et le parti d’extrême-droite le plus puissant d’Europe. Le gouvernement français qui a, selon lui, identifié près de 1200 djihadistes, a pris conscience, un peu tard, du danger que représentent les islamistes. S’il agit aujourd’hui avec poigne, le combat reste difficile. Interrogé sur l’alyah des Juifs de France, l’ambassadeur a signifié que pour lui, l’alyah doit rester un choix et non une fuite.

La délégation s’est par ailleurs rendue à l’Agence juive pour rencontrer des candidats à l’alyah qui ont expliqué les raisons de leur départ : antisémitisme, morosité en France, crise, crainte pour l’avenir des enfants, etc. Le directeur de l’agence juive, Daniel Benhaim a quant à lui confirmé le mouvement massif de départ des Juifs de France pour Israël mais également vers d’autres destinations. Il a expliqué quelles étaient les mesures concrètes prises par l’agence juive pour soutenir l’alyah des Juifs de France, soulignant l’importance de l’aide apportée par le Keren Hayessod.
La délégation a ensuite effectué une visite de solidarité à Vincennes sur les lieux de l’attentat au cours duquel Yoav Hattab, Philippe Braham, Yohan Cohen et François-Michel Saada (z”l) ont été tués et déposé une gerbe de fleurs au nom du Keren Hayessod.

Puis direction Sarcelles, une commune qui compte près de 15 000 Juifs sur une population de 60 000 habitants, pour la plupart issus de l’immigration. La délégation a été accueillie par les responsables communautaires, René Taieb, président de l’Union des Communautés Juives du Val-d’Oise et Délégué du CRIF 95, Sylvain Lumbroso, Président de la communauté de Sarcelles ainsi que Marc Djebali, vice-président. Ils ont dressé un tableau de cette communauté très dynamique, que l’on surnomme la petite Jérusalem, qui abrite pas moins de 30 synagogues, 7 écoles juives et un nombre important de commerces juifs. Sarcelles, qui était un modèle de cohabitation, a, lors de l’opération Bordure protectrice, été le théâtre de graves attaques envers la communauté juive : siège de la synagogue, incendie de l’Hypercacher de Sarcelles, cris de “morts au Juifs” durant les manifestations interdites…

Enfin la délégation a été reçue par le Député-Maire de Sarcelles, François Pupponi, grand ami de la communauté juive et d’Israël, qui n’a pas mâché ses mots : « l’antisémitisme en France va s’accroître dans les mois et les années à venir, avec une montée en puissance des actes terroristes ». Il a cependant exhorté la communauté juive à ne pas partir, et à rester au contraire, pour sauver la France et l’aider à lutter pour les valeurs de la République.

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.