Un cygne noir est-il la cause de notre confinement ? En latin, cette expression signifiait une impossibilité : tous les cygnes étaient blancs.
Or, au XVIIe siècle, un navigateur hollandais découvrit des cygnes noirs sur la côte australienne.
Demain le soleil se lèvera comme aujourd’hui. Mais qui nous assure, a écrit l’anglais Hume, que demain un phénomène cosmique inconnu n’obscurcira pas notre ciel ?
L’oie que l’on gave n’imagine pas qu’un jour on lui coupera la gorge au lieu de lui donner à manger. Quand Moïse fit traverser la Mer aux Hébreux, les probabilités étaient contre lui. On agit ou on subit beaucoup dans l’incertitude, souvent sans en être conscient.

Si l’événement cygne noir est rare, ses conséquences sont parfois majeures. Nassim Taleb, disciple du mathématicien Benoit Mandelbrot (l’homme des fractales), pense que le cygne noir est à l’origine de nombreux cataclysmes de l’histoire et ironise sur le fait que c’est seulement a posteriori, car l’homme a besoin de sens, que cet événement sera incorporé dans un corpus explicatif, scientifique, historique, religieux ou complotiste. Il est plus facile de lire l’avenir après qu’avant et les prophètes d’après coup sont innombrables.
La science qui repose sur une analyse statistique gaussienne (« normale ») écartant les points aberrants et s’attachant aux moyennes et aux écarts-types est mal adaptée aux événements extrêmes. Elle n’est pas la seule : aussi bien nos comportements que les choix politiques reposent souvent sur un futur extrapolé à court terme depuis le passé. Ce raisonnement désinvolte à l’égard des extrêmes, conduit dans un tout autre domaine à proférer des absurdités comme le célèbre : « tout cela n’a bien entendu rien à voir avec l’Islam » et à rester frileux contre l’islamisme radical pour ne pas heurter les majorités, autrement dit les « moyennes ». De ce fait les virus terroristes sont trop répandus pour être encore qualifiés de cygnes noirs…
Aussi rares qu’ils soient, ces derniers ne sont d’ailleurs pas tous imprévisibles. Un tremblement de terre majeur affectera un jour la région de San Francisco, mais quand ? Le nombre de victimes dépendra de l’intensité, de l’épicentre et du moment du séisme,  des mesures techniques et organisationnelles prises à son encontre, mais ces mesures sont coûteuses et inutiles tant que la catastrophe n’a pas lieu.
D’où la tentation d’optimisme…

Les spécialistes alertaient sur le risque microbien. Bill Gates présentait un suspect à l’écosystème plus versatile après l’épidémie d’Ebola, qui n’avait frappé que l’Afrique : un virus proche de celui de la grippe. Il s’étonnait que nos sociétés s’entrainent autant contre la guerre et aussi peu contre la menace sanitaire.  Constat lucide. Son pays présente aujourd’hui un retard inquiétant de réaction au coronavirus. En France, le bradage de nos masques de protection de réserve sous prétexte d’économies restera la caricature d’une gestion au ras du quotidien.
Cependant qui n’avait pas critiqué Mme Bachelot pour ses stocks inutiles de vaccins antigrippaux ?
Les meilleurs se sont trompés en janvier en nous indiquant que l’épidémie n’aurait probablement guère de conséquences en France. Ils se sont fondés sur des modélisations mathématiques de circulation virale certainement impeccables mais qui n’avaient de valeurs que celles des paramètres qu’on y insérait. Les membres du gouvernement, mais aussi le Professeur Raoult étaient alors très rassurants. Ils avaient tort.
Cela ne justifie pas que les propositions d’alors de ce dernier sur l’hydroychloroquine aient été rejetées de façon parfois méprisante (« fake news » sur les décodeurs du Monde). Je souhaite fort qu’il ait raison et que le produit puisse protéger les plus à risque …et en tant que vieux médecin, je sais que la chloroquine, médicament archi-connu et
archi utilisé au long cours dans le passé (prévention du paludisme) n’est pas un produit « extrêmement toxique »…

Dr Richard Prasquier

Président d’honneur du Keren Hayessod

Un commentaire, RSS

    Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.