Voyage d’études en Israël

Lundi 14 octobre 2013

A l’aéroport Ben Gourion nous sommes attendus. On nous conduit directement à un taxi qui nous emmène à l’Hôtel Dan Carmel de Haïfa. Le soir, au cours du dîner d’ouverture de la mission, nous faisons connaissance avec les participants qui se présentent.

Mardi 15 octobre 2013

Amigour

Amigour

Kyriat Yam à la rencontre des résidents du programme AMIGOUR.

Là nous attendent de nombreuses personnes âgées isolées et quelquefois négligées par des enfants éloignés…. Certaines d’entre elles sont des rescapées de la Shoah. Elles ne pourraient pas survivre sans l’aide qui leur est apportée. Là intervient la solidarité des juifs du monde entier qui financent ce magnifique programme. On leur fournit un studio très bien aménagé pour un loyer mensuel de 60€ mais surtout les services d’un personnel dévoué et la possibilité de ne plus vivre seuls.
Tous ces anciens nous attendaient coquettement arrangés et leur chorale nous a présenté un extrait de leur répertoire. Ces octogénaires nous ont vraiment émus par leur joie de vivre.

Centre d'intégration

Centre d’intégration

Kyriat Yam au centre d’intégration pour les Olim d’Éthiopie

A partir de leur arrivée en Israël, ils sont regroupés par familles dans ce centre pendant deux ans, pour tout leur apprendre de la vie moderne. Là, ils seront encore suivis et aidés des années après. Bien sûr, ils y a déjà sur place de nombreux Ethiopiens (pardon, Israéliens) très bien adaptés.

Nahariya avec les jeunes du programme MASSA

Le programme Massa propose aux jeunes juifs du monde entier une expérience israélienne, pour renforcer leur lien à Israël et retrouver leurs racines. Cette expérience peut être ou non académique. Elle peut les préparer au Technion ou autres fameuses universités israéliennes. Les cours comportent un oulpan d’hébreu intensif et une formation très pointue, pour atteindre le niveau et présenter les concours de sélection, plus basés sur
la rapidité d’analyse que sur le savoir.

Dîner à Haïfa avec Moodi Sandberg président mondial du Keren Hayessod .

Mercredi 16 octobre 2013

Nahariya au village de jeunes RAMAT HADASSAH

Ce centre accueille des enfants entre 11 et 18 ans négligés, rejetés, voire violentés par leurs parents. Ils sombreraient dans la délinquance s’ils n’étaient pas encadrés par ce programme.
L’amour et le dévouement de tout le personnel, leur permet de retrouver un équilibre, de se remettre aux études et se préparer pour l’université, l’armée ou encore apprendre un métier qui leur plait. Ces jeunes nous ont apporté leur témoignage très émouvant : si leur passé restait douloureux, leur présent et surtout leur avenir étaient envisagés de manière positive.

Pot'him Atid

Pot’him Atid

Yokneam Avenir des jeunes, pour enfants à risques de 8 à 12 ans.

Là encore, on a pu se rendre compte combien les animateurs étaient motivés et surtout dévoués et affectueux.

Net@

Net@

Nazareth Au centre Net@-coexistence

Nazareth : une ville habitée depuis toujours par une majorité d’arabes chrétiens (du fait de la place importante de la ville dans la vie de Jésus et ses nombreuses églises) est devenue depuis quelques années, plus musulmane. Les juifs y ont créé une ville haute, mais les communautés ont du mal à se fréquenter. Aussi, Israël a décidé de créer pour tous ces jeunes le programme Net@ une formation professionnelle à l’informatique financée entre autres par CISCO une grande société Américaine de services informatiques. Les jeunes se retrouvent ensemble et leurs différences se gomment pour un avenir commun dans le pays.

Diner à Haïfa avec Daniel Shechtman, prix nobel de chimie 2011 et son épouse.

Jeudi 17 octobre 2013

Aleh

Aleh

Jérusalem Au centre Aleh

Le programme Aleh, s’occupe de handicapés lourds, de la naissance à 30 ans. Nous avons eu là, notre plus grande émotion, je parlerai même, d’extrême souffrance, lorsque nous avons vu l’état de certains pensionnaires handicapés moteurs et atteints d’affections congénitales.
Nous avons vu le dévouement d’un personnel souvent bénévole car, pour ces cas très difficiles, il faut 250 personnes pour prendre en charge 80 enfants.
Ces personnels se recrutent très souvent parmi les communautés très religieuses de la ville et alentour.
KOL A KAVOD LAHEM .

Bar Chalom

Bar Chalom

Au siège du Keren Hayessod et de l’Agence juive Rencontre avec la fille d’Ovadia Yossef

Nous avons partagé notre déjeuner avec Adina Bar-Chalom, la fille du grand rabbin d’Israël Ovadia Yossef, encore dans son mois de deuil. Elle a rappelé que son père soutenait l’action du Keren Hayessod. Elle nous a aussi parlé de son association de promotion de la femme dans les études et la vie professionnelle. Un projet connu et encouragé par son père.

Rencontre avec Nathan Sharansky

Après le repas, nous avons l’honneur de rencontrer Nathan Sharansky le directeur mondial de l’agence Juive qui nous a parlé des réalisations pour le pays et la diaspora. Il nous a indiqué que l’agence Juive avait financé des projets en France, à hauteur de 7 millions de dollars, en 2012.

Un accident sur l’autoroute ne nous a pas permis de joindre Ashkelon pour visiter le Programme National Ethiopien.

Tel Aviv
Diner de cloture de la mission – Vote et commentaires des participants

Mon Message

Le Keren Hayessod est presque inconnu en France parce que contrairement à ce qui se pratique dans tous les autres pays, il avait conclu un partenariat avec le FSJU, sous le nom d’Appel Unifié Juif de France, qui lui assurait une partie de sa collecte.
Lorsque vous faisiez un don à l’AUJF, vous saviez qu’une partie, voire la moitié, allait à des institutions solides d’Israël et l’autre partie au Fonds social FSJU en France. De fait, le partenaire israélien était le Keren Hayessod. Or, depuis 2010, le FSJU a réduit progressivement la dotation contractuelle au Keren Hayessod, jusqu’à ne plus rien lui donner en 2012. Le FSJU ne pouvant plus tenir ses engagements a décidé de rompre ce partenariat, poussant le Keren Hayessod à créer en France sa propre structure de collecte

Mardi 15 octobre 2013

De g.à d. : Eliezer (Moodi) Sandberg président mondial du Keren Hayessod-Appel Unifié pour Israël, le premier ministre Binyamin Netanyahou et Richard Prasquier, président du Keren Hayessod France.

De g.à d. : Eliezer (Moodi) Sandberg président mondial du Keren Hayessod-Appel Unifié pour Israël, le premier ministre Binyamin Netanyahou et Richard Prasquier, président du Keren Hayessod France.

Le premier Ministre Benjamin Netanyahou reçoit Richard Prasquier et Moodi Sandberg directeur mondial du Keren Hayessod.

Le bureau vient de se constituer au 10, place de Catalogne à Paris 14° et Monsieur Richard Prasquier ancien président du CRIF a accepté d’en prendre la présidence. Il a besoin de toutes les volontés pour l’aider dans sa mission et vous accueille sur son site www.keren-hayessod.fr pour en savoir plus et y laisser vos commentaires.

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*