RESPECT ! C’est ce qu’ont ressenti  les  400 personnes qui ont assisté ce jeudi 6 octobre à la cérémonie d’hommage organisée, en l’honneur de Shimon Peres, le dernier des Géants,  par le Keren Hayessod et l’Agence juive, au pavillon Cambon.  Une cérémonie sobre, à l’image de ce qui se fait en Israël, ponctuée de films, témoignages, allumage de bougies et intermèdes musicaux pour rendre un dernier hommage à celui qui a traversé et marqué l’histoire d’Israël.

En présence de nombreuses personnalités communautaires, la cérémonie a été ouverte par Richard Prasquier, président du Keren Hayessod  qui a souligné la grande liberté intérieure de cet homme qui échappe à toutes les classifications, cet homme à la fois rêveur et  pragmatique,  qui s’est réalisé dans l’action et qui avait pour but d’assurer la pérennité d’Israël.  Un homme qui en dépit de son grand âge,  ne pensait qu’à l’avenir !

Aliza Bin Noun, ambassadeur d’Israël en France,  a également pris la parole, évoquant, son côté visionnaire, son engagement pour la paix, ses qualités humaines et sa clairvoyance.

Enfin, Maurice Levy, PDG du groupe Publicis, grand ami de Shimon Peres, depuis 40 ans,  a livré un témoignage très personnel de sa relation avec Shimon Peres.  Son ami,  était un homme d’une grande sensibilité, d’une intelligence fulgurante, un homme qui savait faire ce qu’il n’aimait pas : la guerre et qui n’a pas su faire ce qu’il aimait : la paix.

De lui, il retient son humilité et dit avoir reçu à son contact une  grande leçon sur la chose humaine. « Il s’intéressait à chacun et surtout à l’avenir. »

Parmi ses souvenirs personnels, il évoque avec émotion, les dîners de shabbat qui se tenaient à la station de ski Davos, où il se réunissait régulièrement avec les plus grands de ce monde. Shimon Peres, le grand laïc, se transformait alors en Shimon le grand juif, et il exhortait tout un chacun à garder ses racines et à transmettre son héritage.

Il a également rappelé  le lien étroit qui unissait Shimon Peres à  Elie Wiesel, ces deux Prix Nobel qui pouvaient deviser sur le destin des hommes en présence de Bill Clinton ou de Bill Gates fascinés par la philosophie de ces personnages.

Au final, il était surtout un grand amoureux de la vie et se souciait avant tout de l’avenir et de la jeunesse en Israël.

Il était important et naturel que les organisations sionistes de France rendent ce  bel  hommage au père fondateur de l’Etat d’Israël.

Retrouvez l’intégrale de la cérémonie.

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*